Regard sur la criminalité financière

La criminalité financière, parfois appelée «criminalité en col blanc», englobe un large éventail d’infractions. De l’évasion fiscale au blanchiment de fonds en passant par la cybercriminalité, elle s’est considérablement diversifiée au fil des ans et est généralement d’ampleur internationale. Faut-il s’en inquiéter? Le monde de la finance est-il à ce point difficile à contrôler? En cinq volets, on vous plonge dans ses arcanes.

«On n’a pas l’impression que la lutte contre le blanchiment est prise au sérieux»

Les États-Unis sont les premiers à avoir criminalisé le blanchiment dans les années 80. Leur objectif était d’empêcher les trafiquants de drogue d’accéder aux revenus de leurs crimes. La lutte contre le blanchiment de capitaux s’est cependant rapidement internationalisée et étendue aux produits d’autres types d’activités criminelles, comme la corruption ou le terrorisme.

Rencontre avec John Byrne, vice-président de l’ACAMS, qui forme aux Etats-Unis les experts dans la lutte contre le blanchiment, et Jean-Claude Delepière, président de la Cellule belge de traitement des informations financières (Ctif). L’Echo, 29 septembre 2015.

«La corruption est une taxe payée par les pauvres»

Devenue un sujet d’actualité depuis un peu plus de 20 ans seulement, pots de vin, bakchich and co ont pendant longtemps été considérés comme une pratique normale du monde des affaires. En Allemagne par exemple, elle était légale jusqu’en 1999, pouvant même être fiscalement déduite par les entreprises.

Transparency International est une des premières organisations à avoir fait de la lutte contre ces malversations financières son cheval de bataille. Rencontre avec son nouveau Président, José Ugaz. L’Echo, 30 septembre 2015.

«Les paradis fiscaux et l’évasion fiscale sont une forme de corruption»

Entre 21 et 32 milliers de milliards (trillions) de dollars américains appartenant à des particuliers se trouvaient fin 2010 dans des paradis fiscaux. Parallèlement, des multinationales développent des mécanismes sophistiqués pour éluder l’impôt.

Les Etats et les puissances supranationales commencent à réagir mais selon John Christensen, directeur de Tax Justice Network, il faudrait aller encore plus loin. L’Echo, 1 octobre 2015.

«Les banquiers ont la mémoire courte»

La crise financière et les scandales bancaires ont fait couler beaucoup d’encre depuis 7 ans. Sur une période de 5 ans se terminant fin 2014, 16 banques ont été condamnées à payer un total de £205 milliards. C’est ce qu’affirme le conduct cost project, un projet lancé en 2012 par l’ancien avocat Roger McCormick afin de fournir à la société civile des données quantifiables sur les mauvaises pratiques des banques. Rencontre avec Roger McCormick. L’Echo, 2 octobre 2015.

CybercriminalitéDu réel au virtuel, une criminalité exponentielle

Les données du site de rencontres extra-conjugales Ashley Madison volées et diffusées sur le net ; le réseau internet estonien paralysé, supposément par la Russie, en représailles au déplacement d’un mémorial de guerre datant de la période soviétique, l’Iran victime en 2009 et 2010 d’un tremblement de terre électronique qui a touché son infrastructure nucléaire et qui selon certains serait l’œuvre conjointe d’Israël et des Etats-Unis, vols de données sensibles, piratage de compte…

Cyberguerres, cyberespionnage, cyberactivisme et cybercrimes à des fins purement lucratives se retrouvent de plus en plus souvent au cœur de l’actualité. Les autorités et les entreprises organisent leur riposte dans un environnement où les cybercriminels auront toujours une longueur d’avance.

Rencontre avec deux experts ès cybercriminalité Georges Ataya, Vice-président de la Cyber Security coalition Belge, et Charlie McMurdie, Senior Cyber Crime Advisor à Price waterhouse Cooper et ancienne détective de Scotland Yard. L’Echo, 3 octobre 2015.

 

%d blogueurs aiment cette page :