Crise du logement: les alternatives

Alors qu’en 2014, on fête les 125 ans du logement public et les 20 ans de l’intégration du droit à un logement décent dans la constitution, celui-ci est resté un mirage pour beaucoup. Dans un contexte où il est de plus en plus difficile de trouver une habitation convenable et où l’espace, en tout cas dans les grandes villes, se réduit comme peau de chagrin, Géraldine Vessière explore les alternatives à l’achat et à la location pure et simple d’un bien immobilier. Une série publiée dans Le Soir du 23 janvier 2014.

igloo3La crise du logement: Etat des lieux
De plus en plus de personnes ont du mal à trouver un toit. L’Etat n’arrive pas à faire face à la demande de logement sociaux. Mais les plus démunis ne sont pas les seuls concernés. La classe moyenne est également touchée. Conséquence : individus et organisations redoublent d’inventivité pour tenter de répondre à la problématique. Les idées vont de la yourte, au squat en passant par différentes formules d’habitats collectifs.

Economie et solidarité: quelques avantages de l’habitat groupé
L’union fait la force. Dans l’habitat également. Mettre ensemble une partie de ses ressources permet d’acquérir des biens de meilleure qualité, mais aussi de renouer le tissu social. De plus en plus de personnes achètent en commun immeubles ou terrains pour y construire leur petit nid.

Le Squat, solution officielle au manque de logement?
Le « squat » et les contrats d’occupation temporaire peuvent parfois pallier la pénurie de logements mais aussi reconstruire le lien social. A Bruxelles, cette possibilité commence même à être intégrée dans la loi. Reportage au 123 rue Royale, à Bruxelles.

Immeubles inoccupés : attention aux sanctions
Il y a à Bruxelles 15 à 30.000 propriétés privées vacantes, au moins 1 million de m² de bureaux vides, soit 8% du parc de bureau bruxellois, de nombreux espaces inexploités au-dessus des commerces et 2500 à 3000 habitations sociales inutilisées parce qu’insalubres ou ne répondant plus aux règles du code du logement.

Le gardiennage : une solution à court terme mais critiquée
Venant des Pays-Bas, le gardiennage se développe en Belgique depuis une dizaine d’années. L’idée est de louer pour un prix inférieur au prix du marché et de manière temporaire, des bâtiments vacants, appartements, maisons mais aussi des biens moins ordinaires comme une chapelle ou un château.

Logements sociaux partiellement auto-financés
Si on achète l’immeuble sans le sol qui l’accueille, le prix du bien diminue. Résultat: plus de personnes peuvent accéder au logement. Le concept commence à faire son chemin en Belgique notamment grâce au travail d’un petit nombre de personnes, aujourd’hui réunies au sein de l’asbl CLT Bruxelles. Pour qu’il soit viable sur le long terme, le système doit cependant être accompagné de mesures anti-spéculatives.

Etterbeek démembre ses biens
Le CLT Bruxelles n’est pas le seul à dissocier le terrain du bâtiment. La commune d’Etterbeek recourt depuis plusieurs années au droit de superficie pour diminuer le prix de vente de certaines maisons ou appartements.

Senior cherch. Étud. Serv/Logmt
L’habitat intergénérationnel est une réponse simple à des besoins différents, mais complémentaires. L’ASBL 1toit2âges développe cette solution dans plusieurs villes belges. Réservée au départ aux étudiants et aux personnes âgées, elle s’ouvre tout doucement aux familles

Maison de La Baraque - photo de Anaïs Angeras

Maison de La Baraque – photo de Anaïs Angeras

Quand la baraque est un château
A Louvain-La-Neuve, un hameau rassemble des logements moins conventionnels. Illégal depuis 40 ans, le quartier de La Baraque n’en fait pas moins partie intégrante du paysage.

Vivre léger
Yourtes, caravanes, cabanons ont de plus en plus la cote en Belgique, comme un peu partout en Europe. La loi a cependant du mal à leur trouver une place.

Vivre dans des conteneurs
Recycler des conteneurs maritimes en lieu d’hébergement est une solution trouvée pour construire, à moindres frais, des habitations pour les étudiants ou les personnes en situation précaire. La commune de Jambes a à son tour décidé d’orner certains toits de garage de ces demeures peu communes.

La coloc, pas que pour les étudiants
Vivre ensemble, partager cuisine et sanitaires, n’est plus réservé qu’aux étudiants. D’autres catégories de la population se mettent à la colocation.

Le viager
Impliquant souvent un pari sur le décès du vendeur, le viager est parfois regardé avec suspicion. Cette structure juridique peut cependant aider certaines personnes à acquérir un bien immobilier.

 

 

Publicités
Be the first to start a conversation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :