« L’inquiétant, c’est le côté systématique, planifié »

Vassilis Saroglou, directeur du centre de psychologie de la religion à l’UCL, a étudié les manipulations sectaires dans les mouvements religieux contestés.

Voyez-vous des prémices de manipulation mentale dans ce témoignage ?

Il n’existe pas de technique miraculeuse dans le domaine de la dite manipulation mentale. S’il n’y a pas de prédisposition, de recherche personnelle, il n’y a pas d’effet. La preuve, c’est que cela marche sur une minorité. Les stratégies observées dans ce témoignage sont des techniques marketing classiques. En revanche, elles inquiètent par leur accumulation, leur côté planifié, systématique et programmé. En fonction de chaque question, il existe une réponse toute faite.

La logique marketing ne peut être appliquée telle quelle dans le domaine du religieux ou de la recherche de bonheur. Dans ces domaines, il faut y introduire des règles éthiques spécifiques, supplémentaires. Chacun doit pouvoir emprunter son propre chemin, il ne peut exister une seule et unique voie, et le respect de la libre adhésion à un système des croyances doit être absolu.

La pratique de « l’audition » vous semble-t-elle être dangereuse ?

La question ne doit pas être de savoir si l’audition marche ou non pour la rejeter. Toute interaction humaine, dans le cadre d’un travail sur soi, peut « marcher ». Le gros problème c’est que pour proposer ce type de services de bien-être, il faut être formé, contrôlé par ses pairs, selon des critères sociétaux clairs, ce qui ne semble pas être le cas ici. De plus, en psychologie, on aide la personne à trouver elle-même sa voie.

Ici, au contraire, il s’agit d’un savoir possédé par une autorité et qui est transmis par un maître. Quand on promet le bonheur, cela ne peut se faire selon un schéma trop codifié, où la réalisation des souhaits serait quasiment chronologiquement prédite.

La scientologie se revendique aussi comme une religion…

Toute l’ambiguïté de ce mouvement –comme d’autres nouveaux mouvements religieux- réside dans cette hybridité entre religieux/spirituel et bien-être. Quand les deux dispositifs se mélangent, il peut y avoir des critères incompatibles qui amènent à des dérives. Ici, par exemple, le fait de faire payer des prestations de bien être n’est pas condamnable en soi.

Le problème, c’est qu’on habille cela d’un discours scientiste et de symboles religieux qui laissent croire qu’on est dans un lieu de pratique religieuse et/ou qu’il s’agit des pratiques validées par des experts. Il est impératif de clarifier les objectifs. On a aussi une impression d’urgence du recrutement, alors qu’en principe, dans toute tradition religieuse ou philosophique, elle ne doit pas exister.

Publicités
Be the first to start a conversation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :