Le Viager, une alternative

Posted on 23 janvier 2014 par

0


Impliquant souvent un pari sur le décès du vendeur, le viager est parfois regardé avec suspicion. Cette structure juridique peut cependant aussi apporter une solution à certaines personnes à la recherche d’un toit.

Acheter un bien qui ne deviendra votre pleine propriété qu’après paiement d’une rente pendant tout ou partie de la vie du vendeur, ou en d’autres termes acheter en viager, certains y voient un moyen d’accéder à la propriété sans devoir payer une somme importante d’entrée de jeu. Le principe est le suivant : le vendeur, le créditrentier, vend son bien à l’acheteur, le débitrentier, en échange d’une rente et éventuellement du droit de continuer à vivre dans le logement voire de la perception d’un capital, appelé le bouquet, au moment de la signature du contrat.

Le viager peut être libre, l’acheteur peut alors vivre dans les lieux, ou occupé. Dans ce cas, le vendeur continue à habiter l’immeuble et la rente est en principe moins élevée. «Lorsqu’on achète en viager, il faut faire attention à plusieurs choses: le bouquet, un montant donné au moment de la signature du contrat, la durée de la rente -il est possible de la limiter dans le temps-, le caractère libre ou occupé du viager, la répartition des charges ou encore les règles en cas de départ de l’occupant ou d’incapacité pour l’acheteur de payer ce qu’il doit,» précise Olivier Neyrinck, notaire.

Le viager libre est particulièrement intéressant pour ceux qui souhaitent trouver un logement, mais qui n’ont pas suffisamment de fonds propres et, voire ou, qui ne peuvent obtenir un emprunt. Il le sera encore plus si le vendeur renonce à son bouquet, ce qu’il pourrait faire si, par exemple, il a du mal à vendre son bien ou s’il souhaite une rente plus élevée. Le « hic » est «que cette formule est nettement moins courante que le viager occupé, estime Alexandre Gelfged, gérant de l’agence Viagerbel. Dans la grande majorité des cas, le vendeur reste habiter dans son bien et les acheteurs sont des personnes souhaitant faire un investissement. »

Lire les autres articles de la série

La crise du logement: Etat des lieux

Economie et solidarité: quelques avantages de l’habitat groupé

Le Squat, solution officielle au manque de logement?

Immeubles inoccupés : attention aux sanctions

Le gardiennage : une solution à court terme mais critiquée

Logements sociaux partiellement auto-financés

Etterbeek démembre ses biens

Senior cherch. Étud. Serv/Logmt

Quand la baraque est un château

Vivre léger

11,85m de long, 2,05m de large et 2,45m de haut

La coloc, pas que pour les étudiants

Publicités
Posted in: Economie, Société