Etterbeek démembre ses biens

Posted on 23 janvier 2014 par

0


Le CLT Bruxelles n’est pas le seul à dissocier le terrain du bâtiment. La commune d’Etterbeek recourt depuis plusieurs années au droit de superficie pour diminuer le prix de vente de certains de ses logements.

« Aujourd’hui, un jeune couple qui vit à Bruxelles aura bien des difficultés à acheter un bien immobilier. Par contre, si on sépare le terrain de l’immeuble, et qu’on ne vend que le second, les prix deviennent beaucoup plus accessibles, résume Vincent De Wolf, bourgmestre d’Etterbeek. L’acquéreur ne payera pas le terrain, devra s’acquitter de droits d’enregistrement réduits, 2% au lieu de 12,5%, et le transfert de propriété n’ayant lieu que pour 50 ans, le prix d’achat sera d’office moins élevé. En définitive, les gens achètent donc pour environ 60% du prix normal.»

Seul élément impératif du droit de superficie : il ne peut être supérieur à 50 ans. Pour le reste, chaque propriétaire le module à sa façon. A Etterbeek par exemple, les acquéreurs doivent s’engager à habiter le bien pendant au moins 10 ans. Si, ensuite, ils décident de louer le bien, ils doivent respecter le loyer fixé par la commune et s’ils le revendent, ils ne peuvent demander plus que le prix d’achat indexé.

«On vise les personnes qui pouvaient acheter un bien jusqu’il y a peu et qui ne le peuvent plus aujourd’hui. Celles qui ont un revenu de 2500-3000 euros nets par mois, précise Vincent De Wolf avant de poursuivre : le système se heurte à la mentalité belge qui considère la propriété comme étant à perpétuité. Mais rembourser un bien pendant 10 ou 20 ans et l’habiter gratuitement pendant 30 à 40 ans, cela vaut la peine. Cela laisse également le temps aux occupants de se constituer un petit bas de laine pour acheter un autre bien par la suite.» Fort du succès des premières expériences, la commune d’Etterbeek compte la répéter. Des 250 logements qui seront bientôt créés aux Jardins de la Chasse, un ancien hôpital d’Etterbeek,15 à 20% seront cédés de cette manière.

Lire les autres articles de la série

La crise du logement: Etat des lieux

Economie et solidarité: quelques avantages de l’habitat groupé

Le Squat, solution officielle au manque de logement?

Immeubles inoccupés : attention aux sanctions

Le gardiennage : une solution à court terme mais critiquée

Logements sociaux partiellement auto-financés

Senior cherch. Étud. Serv/Logmt

Quand la baraque est un château

Vivre léger

11,85m de long, 2,05m de large et 2,45m de haut

La coloc, pas que pour les étudiants

Le viager

Publicités
Posted in: Bxxl, Economie, Société