Plate-forme des échanges commerciaux, la Flandre brille au Moyen-Age

Posted on 14 août 2013 par

0


Au 14e siècle, la Flandre est devenue une place économique incontournable pour le commerce. Bruges qui domine à la fin du Moyen-Age, voit l’apparition de la première bourse des valeurs. Un article de Géraldine Vessière, le Soir, 14 août 2013.

Retour au
menu principa
l

 

Place de Bruges - Crédit: Musée de la Banque nationale de Belgique

Place de Bruges 
Crédit: Musée de la Banque nationale de Belgique

A l’intersection de deux grands empires commerciaux – la Méditerranée, avec les Italiens, et la région autour de la mer Baltique, avec la Hanse allemande-, la Flandre est, à la fin du Moyen-Age et au début de la renaissance, une plateforme incontournable pour les échanges commerciaux.

Naissance de la bourse

Au 14e siècle, c’est Bruges qui domine. Elle est devenue un centre économique incontournable. Marchands et hommes d’affaires y affluent. Certains habitants, principalement les aubergistes, commencent à jouer un rôle d’intermédiaires ou de négociateurs entre les différents marchands étrangers venus dans la ville pour faire affaire. Parmi eux, les Van der Buerse, une famille d’aubergiste exploitant l’auberge Ter Buerse depuis des générations. Leur établissement donne sur une vaste place qui, au 14e siècle, est le centre commercial et financier de la ville. En 1409, cette place se transforme en véritable place boursière où les marchands changent les monnaies et spéculent sur le prix des biens. C’est la première bourse internationale. Le nom bourse pourrait ainsi dériver du nom Ter Buerse. Mais dans le courant du 15e siècle, Bruges est progressivement supplantée par Anvers pour son activité portuaire ainsi que dans son rôle de capitale économique et financière du nord-ouest de l’Europe.

Première tentative d’union monétaire

Vierlander - première unification monétaire Crédit: Musée de la Banque nationale de Belgique

Vierlander
Musée de la Banque nationale de Belgique

« Au cours de cette période, on verra aussi apparaître une première tentative d’unification monétaire, instiguée par Philippe le Bon, duc de Bourgogne, comte de Flandre et vassal du roi de France, » explique Marianne Danneel, curatrice du musée de la Banque Nationale de Belgique.

Lorsqu’il arrive au pouvoir en 1419, Philippe Le Bon ambitionne d’instaurer une monnaie unique dans le nord de ses possessions. C’est selon lui le meilleur moyen d’y favoriser le commerce et le développement économique. L’union économique passant par une union politique, il entreprend d’unifier la région. Il étend ainsi, par achat ou héritage, son emprise sur les plus importantes provinces des Pays-Bas (comtés de Flandre, Hainaut, Hollande, Zélande et Namur, duchés de Brabant, de Limbourg et du Luxembourg). Entre 1433 et 1435, il met également en place un système monétaire uniforme pour le Brabant, la Flandre, la Hollande et le Hainaut. Ces quatre régions inspireront le nom de Vierlander (quatre pays) donné à la série de pièces en argent que le comte de Flandre introduit à l’époque.

Retour à l’article sur le Moyen-Age

 

La Lydie et la Grèce antique Sparte: non à l’esprit mercantile A quoi sert l’argent?
La Rome antique Chercheur d’or La banque
Le Moyen-Age Un Plat Pays étincelant Le prêt à intérêt
Du 15e au 18e siècle Expressions d’argent Le billet de banque
Du 19e au 21e siècle Fiduciaire ou scriptural, qu’est-ce
que cela veut dire?
Le téléphone portable

 

Publicités
Posted in: Economie