Sparte, opposé à l’esprit mercantile

Posted on 12 août 2013 par

0


Pour les spartiates, posséder de l’or ou de l’argent était contraire à l’éthique guerrière. Ils y voyaient le symbole d’une mentalité mercantile qu’ils méprisaient.

Retour au
menu principa
l

 

Statue de Leonidas à Sparte

Statue de Leonidas à Sparte

Les spartiates ont résisté à l’utilisation de pièces de monnaie jusqu’au 3e siècle av. J.-C alors que la pratique se répandait comme une trainée de poudre dans les autres cités grecques. « Dans cette société très hiérarchisée et fortement inégalitaire composée de citoyens, de non-citoyens (catégorie comprenant les femmes comme dans la plupart des cités grecques) et de populations dominées, les spartiates voulaient conserver une égalité entre eux, » explique Jean Andreau. « Le refus de la monnaie était le refus de l’inégalité individuelle et de l’idée qu’on puisse être plus riche que son voisin.»

Ce rejet d’un système monétaire prendra fin avec la guerre du Péloponnèse. Afin de financer une flotte suffisamment puissante pour battre Athènes, Sparte est contrainte d’accepter une aide financière des Perses et donc ses pièces de monnaie. Guerres successives et crises sociales affaiblissent par la suite la Cité. A l’époque romaine, les spartiates deviennent des citoyens comme les autres et s’ouvrent à la monnaie de la république.

Retour à l’article sur l’histoire de la monnaie de la Mésopotamie à la Grèce antique. 

 

La Lydie et la Grèce antique Sparte: non à l’esprit mercantile A quoi sert l’argent?
La Rome antique Chercheur d’or La banque
Le Moyen-Age Un Plat Pays étincelant Le prêt à intérêt
Du 15e au 18e siècle Expressions d’argent Le billet de banque
Du 19e au 21e siècle Fiduciaire ou scriptural, qu’est-ce
que cela veut dire?
Le téléphone portable

 

Publicités
Posted in: Economie