Des locataires mis à la porte pour cause de JO

Posted on 3 juin 2012 par

0


Dans l’est de Londres, des propriétaires avides espèrent louer leur appartement des fortunes pendant les Jeux, au détriment des locataires. Un article de Géraldine Vessière paru dans L’Echo

« C’était mon proprio. Je dois déménager. Il me met dehors. » Dans un café de l’est de Londres, la jeune fille encore sous le choc raccroche son téléphone tout en résumant la conversation à ses amis.

Depuis quelque temps, le nombre de locataires se voyant signifier leur congé se multiplie. Enivrés par le mirage financier des JO, certains propriétaires libèrent leur bien pour d’hypothétiques touristes qui seraient prêts à payer beaucoup plus. On voit ainsi fleurir des annonces pour des appartements à £1.500, £2.500 voire, plus rarement, £60.000 par semaine, alors que d’habitude ils sont mis sur le marché à £300 ou £400. Thora, une jeune réalisatrice qui partage un logement avec deux amies, est également dans le cas. « Notre bail arrivait à échéance en mars, mais le propriétaire n’a pas voulu le renouveler. Au début il nous a fait des contrats au mois, mais récemment, il nous a demandé de partir. Il dit qu’il veut vendre son flat. Je pense qu’il veut tirer profit des JO. Vendredi dernier, il a organisé des visites en vue de louer nos chambres à partir de septembre. »

L’agence immobilière City & Urban s’est ainsi vu confier une cinquantaine de biens à louer pour la période des jeux. « Peu d’entre eux ont déjà trouvé preneur, confie Waheed Aslam, manager du bureau de Hackney, quartier situé à deux pas du site de Stratford. Nous avons reçu des demandes d’information, mais pour le moment, très peu de biens ont été loués. J’attends de voir ce qui partira vraiment. » Il y a deux semaines, l’agence arborait un panneau suggérant aux Londoniens partant en vacances cet été de leur confier leur appartement. Il a disparu depuis lors.

La poule aux oeufs d’or?

Il se pourrait en effet que la poule aux oeufs d’or ne produise pas autant d’oeufs qu’espéré. Même si les organisateurs des JO font tout pour attirer les touristes, les villes olympiques sont réputées pour être désertées pendant cette période.

En attendant, les locataires sans logement auront beaucoup de mal à trouver un nouveau toit d’ici à septembre. « On a été voir un agent immobilier, il nous a ri au nez, raconte Thora. On a un budget de £500 par mois chacune, ce qui fait £1.500. Mais il n’y a rien à ce prix-là pour le moment. Moi je pars sur un tournage de juin à août, donc ce n’est pas encore trop grave. Pour mes deux colocatrices par contre, c’est plus difficile. L’une d’elles va aller habiter chez une amie, et l’autre, qui est traductrice, va retourner chez ses parents, en Islande, et essayer de travailler de là-bas. »

L’ASBL Shelter, active dans la défense du droit au logement, dénonce également l’augmentation du prix de l’immobilier dans les quartiers olympiques. « L’année dernière, pour un logement deux chambres à Newham, une famille devait avoir des revenus proches de £40.000. A Hackney et Tower Hamlets, quartiers pauvres et populaires mais près du site de Stratford, ces montants étaient de £60.000. »

Publicités