Londres arbore les médailles d’or de la culture

Posted on 27 avril 2012 par

0


Démarré en 2008, compromis en 2009, repris en main en 2010, Londres 2012 approche de son apogée. Musique, art plastique, danse et cinéma unissent leurs stars tout qui ne serait pas mordu uniquement de sport. Un article de Géraldine Vessière dans L’Echo, le 27 avril 2012

Le volet culturel était un des piliers qui a permis à Londres de devenir la ville hôte des Jeux olympiques 2012. Officiellement, l’idée était de développer un programme culturel par et pour les communautés locales qui devait s’étendre sur une période de 4 ans, entre 2008 et 2012. Il s’agissait également d’égaler avec l’art le retentissement international qu’allait recevoir le sport lors des JO mais aussi de garder le badaud à l’intérieur des frontières britanniques, les Jeux olympiques étant connus pour faire fuir touristes et locaux vers des cieux plus sereins.

Mais voilà qu’en 2009, ce beau projet partait à la dérive. Dispersion, manque de cohérence, il perdait progressivement de sa crédibilité. La nomination, en 2010, de Ruth MacKenzie comme directrice des olympiades culturelles a permis d’inverser la tendance. Cette femme qui, sous des dehors affables et bienveillants, donne l’impression de pouvoir vous écraser d’un seul geste, est parvenue en deux ans à propulser l’événement dans une tout autre dimension.
Erudite de culture, amoureuse de l’Art avec un grand A et fine politicienne, elle a fait une synthèse des activités ayant eu lieu depuis 2008, de celles déjà programmées par différentes institutions, comme l’exposition sur David Hockney à la Royal Academy ou Damien Hirst à la Tate, mis sur pied de nouvelles productions et présenté le tout sous un  » événement unique « ,  » son festival « , Londres 2012 : 12 semaines de festivités, 25.000 artistes, 12.000 manifestations s’étendant à toute la Grande-Bretagne, touchant toutes les formes artistiques et tentant de ménager toutes les subtilités.
Le programme a de quoi impressionner. Et le budget également: plus de 97 millions de livres (110 millions d’euros) sur quatre ans (de 2008 à 2012) dont 53 millions (65 millions d’euros) pour le festival.

«  Il fallait amener la crème de la crème, confie Ruth. Un des leitmotivs des Jeux olympiques est ‘au-delà de ce que vous pouvez apporter de meilleur’ ou ‘beyond your personal best’, cela vaut pour le sport comme pour l’art. Je voulais créer des événements incontournables, que l’on doit avoir vu au moins un fois dans sa vie.

Mon rôle était de montrer au monde la grandeur culturelle de la Grande-Bretagne et de rassembler les meilleurs. »

Valse d’événements

Côté musique, il y aura de la pop, avec notamment BBC Radio 1’s Hackney weekend 2012, qui accueillera les 23 et 24 juin prochains des têtes d’affiche comme Rihanna ou Jay-Z et qui a déjà suscité l’hystérie parmi les fans cherchant à obtenir un des 100.000 tickets gratuits ; de la musique classique, avec entre autres les BBC Proms ou une nouvelle adaptation de  » Einstein sur la plage  » de Philippe Glass ; ou encore du jazz avec un tribute à Django Reinhardt.

En Art plastique on peut citer Tracey Emin, Damien Hirst, Lucian Freud. En théâtre Cate Blanchett foulera les planches dans  » Gross und Klein  » de Botho Strauss lors d’un des événements annonciateurs des festivités. Beckett sera aussi à l’honneur, tout comme Shakespeare qui sera notamment joué en 40 langues différentes par des compagnies étrangères à l’occasion du  » World Shakespeare Festival « . En dance, Tanztheater Wuppertal de feu Pina Bausch viendra avec une nouvelle création « World Cities 2012 », la compagnie belge Rosas d’Anne Teresa De Keersmaeker (ATDK) reviendra avec « Fase » alors que « The Big Dance », une initiative lancée en 2008, invitera des gens de tous horizons à apprendre quelques pas de danse avant de les reproduire en public.

Les projecteurs seront également dirigés vers des sites historiques comme le mur d’Adrien ou Stonehenge, investi pour l’occasion par la compagnie française Carabosse avec « Fire Garden at Stonehenge ».

Les réalisateurs Mike Leigh et Hitchcock, les artistes Tino Seghal et Ai Wei Wei seront aussi de la partie. Artistes brésiliens et britanniques ont de leur côté collaboré sur certaines créations, une manière de symboliquement marquer la continuité entre les JO de 2012 et de 2016.

A cela s’ajoutent encore des événements pop up, comme  » How Like An Angel  » un spectacle de cirque, collaboration entre Circa et I Fagiolini, groupe de musique de la renaissance, qui apparaîtra régulièrement dans les cathédrales britanniques voire ce Stonehenge gonflable qui se déplacera partout dans le pays et fera bondir enfants, petits et grands.

Ruth MacKenzie: une femme à la hauteur de la tâche

Géraldine Vessière

http://festival.london2012.com

Publicités