La Biologie totale en procès

Posted on 8 juin 2011 par

1


Chloé Andries suit le procès de Louis Vliegen, à Liège, pour Le Soir, depuis 1 an. Ce mardi 7 juin, c’est la défense qui a plaidé devant le tribunal correctionnel. Ce psychothérapeute, adepte de la biologie totale, comparait pour homicide involontaire et exercice illégal de la médecine, après la mort d’une de ses patientes, d’un cancer de l’estomac. L’ensemble des audiences est consultable ici.

Est-il possible de prouver que le psychothérapeute Louis Vliegen a poussé sa patiente, atteinte d’un cancer de l’estomac, à arrêter ses traitements en lui promettant une guérison sans recours à la médecine ? L’affaire est épineuse. Ce mardi matin, les avocats du prévenu ont tenté de décrédibiliser les témoignages de la famille de la victime et ont insisté sur le professionnalisme de leur client, qui comparait pour exercice illégal de la médecine et homicide involontaire, après la mort de sa patiente en 2002.

Lorsque Mme Schommers a consulté Louis Vliegen, elle venait de recevoir le diagnostic de l’oncologue : cancer quasi incurable. « C’était une situation dramatique. On peut se demander alors ce qui a été dit, compris et reçu par les Schommers », insiste Me Gilissen, qui parle de « tentative de reconstitution de la réalité », de la part de la famille de la victime. Selon les Schommers, Louis Vliegen aurait promis 80% de chances de guérison grâce aux méthodes du Dr Hamer (fondateur de la Nouvelle médecine germanique, à l’origine de la Biologie totale, affirmant que toute maladie se résout par la résolution de conflits psychologiques). Des propos que Louis Vliegen avait reconnu avoir tenu en audition, avant de « ne plus s’en souvenir », devant le tribunal.

Vindicte populaire

« C’est le choix de Mme Schommers d’avoir refusé tout traitement, cela apparaît d’ailleurs dans les notes prises par Louis Vliegen lui-même, qui s’en inquiète », lance la défense.
Pour Me Gilissen, « Monsieur Vliegen n’est pas un salaud », mais plutôt un homme qui a été cloué au pilori médiatique, « pendu haut et court, exposé à la vindicte populaire ». Et la défense d’insister sur les qualités professionnelles de son client, devenu assistant social par « intérêt pour les autres », formé en psychothérapie pendant 5 années en Allemagne, bien intégré et apprécié dans le milieu médical. Louis Vliegen aurait d’ailleurs, selon ses avocats, « pris le meilleur » des théories de la Biologie totale et de la Nouvelle médecine germanique, tout en se distanciant peu à peu des fondateurs du mouvement.

Ce mardi, la défense du prévenu se mue en expert ès psychothérapie, multipliant les exposés pédagogiques destinés à prouver le sérieux des formations suivies par Louis Vliegen.

Pour l’instant, aucune loi n’encadre la profession de psychothérapeute en Belgique, contrairement à la plupart des pays européens. Et s’il n’est pas question pour le tribunal de juger la psychothérapie en tant que telle, ce procès met en lumière le flou qui entoure cette nébuleuse. «Oui, il y a des charlatans dans ce milieu », lance la défense. Reste à savoir si Louis Vliegen en fait partie.

Pour le reste du suivi du procès, c’est ici.

Pour l’enquête sur la biologie totale, publiée par Chloé, c’est .

Publicités
Posted in: Religion, Société